Mon edito dans le n°5 de l’Infolettre des Patriotes-44, en date du 17 janvier 2018.


Edito

Je ne peux commencer cette infolettre sans commencer par vous souhaiter à tous une merveilleuse année 2018. 2017 fut une année immensément riche au niveau politique. Emmanuel Macron, quoi que nous en pensions, a fait voler en éclat toutes les anciennes structures, et a ouvert la voie à une réelle recomposition politique. La gauche et la droite n’existent plus. Et c’est sur leurs cendres fumantes que l’avenir va se construire. Nous en voyons les premiers signes : Debout La France se rapproche subrepticement des Républicains qui portent bien mal leur nom, le MRC s’allie localement aux uns puis aux autres.

Bref, les mouches changent d’âne. Les militants DLF comme ceux du MRC doivent être bien marris de voir la souveraineté sacrifiée sur l’autel de l’électoralisme. Ce qu’ont montré les dernières élections, c’est que les électeurs en ont plus qu’assez de ces vieux arrangements électoralistes : le combat a toujours été, et restera, celui des idées.

La diversité de ces idées est pourtant mise à mal par notre président. Dans ses vœux à la presse, il a, de façon fort inquiétante, annoncé des projets de loi permettant de lutter contre les prétendues « fake news ». Nous lui rappellerons ici qu’une loi, la loi de liberté de la presse de 1881 existe déjà. L’article 27 de cette loi précise : « La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45 000 euros ».

Nul n’est censé ignorer la loi, et a fortiori, pas le président de la République. Ne soyons pas dupes, M. Macron a bien des défauts, mais l’ignorance ne semble pas en faire parti. Il s’agit plus certainement, comme c’est son habitude, d’un discours de pure forme, d’un enrobage fumeux qui caractérise si bien son parcours politique.

Ce comportement qui consiste à prendre les français pour des imbéciles atteindra très vite ses limites, et ce qui a accéléré son gain de popularité devrait aussi être la cause de sa chute. N’hésitant pas à propager des « fake news », M. Castener estime, par exemple, que la promesse présidentielle a été remplie concernant l’hébergement de tout SDF avant la fin 2017. Le parti au pouvoir montre son profond irrespect, à la fois des Français, mais aussi des sans-abris et des associations qui pallient tous les jours les manquements de ce gouvernement.

L’abandon de l’État est total : toujours plus de privatisations, toujours moins de droits pour les salariés, toujours plus de taxes sur les classes moyennes, et toujours moins d’investissements structurels. Non content d’appliquer avec ferveur les principes économiques anglo-saxons relayés par Bruxelles, M. Macron nous parle maintenant de laïcité radicale : sa vision libérale-libertaire est elle aussi issue du monde anglo-saxon, promulguant une forme de laïcité œcuménique qui n’a rien à voir avec notre tradition universaliste. Et pour preuve, il est étrangement muet sur le cas de ces femmes qui sont exclues des cafés de Trappes : là encore, un net recul de la République qui est ignoré à des fins électoralistes.

Face à ces gabegies, il va nous falloir nous armer de courage, de patience, et porter bien haut notre vision de la France : souveraine, généreuse, laïque, et juste. Le combat ne fait que commencer !

Antoine Berranger
Référent adjoint Loire-Atlantique