#29mai2005, jour anniversaire du NON au Traité de l’Union Européenne.

Après une première fissure avec Maastricht (qui avait été refusé par les Danois dans un premier temps) et fondant l’UE du #ToutLibéral, la #démocratie en Europe a été enterrée il y a maintenant 13 ans.

Nous le voyons ces derniers jours avec le #glyphosate que nous ne pouvons refuser malgré de vaines promesses.
Nous le voyons avec les traités de libre échange (#Mercosur, #CETA, …) que nous ne pouvons refuser et qui pourraient à l’avenir se passer des ratifications parlementaires.
Nous le voyons en Grèce où #Tsipras à dû aller contre ses idées pour proposer toujours plus d’austérité, jusqu’à supprimer quasiment le régime de retraite.
Nous le voyons avec la #SCNF et la marche forcée vers la privatisation du rail et de l’ensemble des services publics.
Nous le voyons en #Italie qui voit le président #Mattarella orchestrer ni plus ni moins qu’un coup d’Etat en s’affranchissant du #M5S et de la #Liga démocratiquement élue.
Nous le voyons au final avec #Juncker qui ose dire « qu’il n’y a pas de démocratie en dehors des traités européens ».

Entité supranationale figeant dans le marbre une identité politique qui est tout sauf démocratique, tout sauf républicaine, avec pour seul dogme le #ToutLibéral, l’UE rompt ainsi avec toute idée de souveraineté.
M. @Emmanuel_Macron le sait très bien puisqu’il parle d’une « souveraineté européenne » fantasmée. Mais une souveraineté ne se contruit jamais ex nihilo, elle précède la démocratie et la légitime. On ne peut donc créer aucune souveraineté a posteriori, en particulier sur des bases anti-démocratiques.

L’abandon de la souveraineté rend la #laïcité sans objet, puisque son but premier a toujours été de créer un corps politique homogène (cette fameuse citoyenneté) permettant l’expression démocratique en reléguant les différences dans la sphère privée pour pouvoir s’attarder sur le « Bien Commun ».
Le « Bien Commun » n’est plus, la laïcité vacille, et il nous faut nous préparer au choc des civilisations, à l’entre-soi et à la haine des uns envers les autres. Nous ne pouvons que le constater tous les jours…

Le peuple n’a plus le pouvoir, et il nous faut lutter pour lui redonner. Et c’est urgent ! Cette situation est de celles qui peuvent mener aux guerres les plus sanglantes.
J’en appelle donc à tous les politiques et personnalités « eurosceptiques » à sortir de l’enfumage de « l’autre Europe », salade électoraliste qui nous est vendue depuis plus de 40 ans et qui est devenue impossible à mettre en place depuis le Traité de Lisbonne ;
J’en appelle à tous ceux qui ont à coeur, la laïcité, la démocratie, la république, à oser parler du FREXIT, même si l’idée n’est pas encore populaire, même si cela fera perdre quelques points aux prochaines élections.

Défendre la démocratie est à ce prix.

Retrouvez mon thread twitter :